DÉCLARATION FINALE DE LA SESSION D’ÉTUDE DE MIEC SUR LA MIGRATION ET SES DÉFIS

Construire des ponts : Protéger les migrants en capacitant les étudiants
Mouvement International des Etudiants Catholiques – Pax Romana
Quand un étranger viendra s’installer dans votre pays, ne l’exploitez pas ; au contraire, traitez-le comme s’il était l’un de vos compatriotes : vous devez l’aimer comme vous-mêmes. Rappelez-vous que vous avez aussi été des étrangers en Egypte. Je suis le Seigneur votre Dieu.” (Lévitique 19:34).
Introduction
Du 28 Août au 3 Septembre 2017, le Mouvement international des étudiants catholiques (MIEC – Pax Romana) a organisé une session d’étude à Foligno, Italie sous le thème « Construire des ponts : Protéger les migrants en capacitant les étudiants ». Le but de cette session était de permettre aux participants de mieux comprendre le phénomène mondial de la migration ainsi que les défis et les conséquences qui en découlent. Les participants ont reçu les connaissances et les capacités pertinentes pour trouver des solutions justes aux problèmes auxquels font face les migrants et les réfugiés dans leurs communautés locales. Quarante jeunes étudiants catholiques ont participé à la session. Ces jeunes sont venus du monde entier et représentaient les mouvements estudiantins catholiques de l’Afrique, l’Asie- Pacifique, l’Europe, l’Amérique Latine, du Moyen Orient et de l’Amérique du Nord.
Partant des réflexions des participants, pas seulement sur les perspectives essentielles de la Doctrine sociale de l’Eglise catholique (DSE) mais aussi sur les défis présentés par ceux qui travaillent avec et pour les migrants et les réfugiés, ainsi que par les migrants eux-mêmes, cette déclaration est l’expression de la volonté de MIEC – Pax Romana de contribuer au bien commun et à la justice pour les migrants et réfugiés partout dans le monde.
La situation mondiale
Les gens affectés par les catastrophes naturelles, la guerre, et d’autres réalités qui les obligent à quitter leurs pays d’origine pour d’autres pays voient leurs droits et dignité menacés. Bien que la mobilité des personnes soit un facteur essentiel pour la croissance et le développement de la civilisation humaine, les sociétés ont été incapables de trouver des solutions justes à la migration conformément aux droits de l’homme et aux engagements internationaux. La migration, dans certains contextes, est malheureusement considérée comme un problème, avec peu d’attention accordée à la vie sacrée des personnes. Souvent les migrants et les réfugiés sont traités comme s’ils avaient moins de dignité que les autres. De plus, l’absence d’un cadre légal mondial concernant la situation des migrants augmente l’incapacité de la communauté internationale de faire face au phénomène de la migration.
Au sein du système légal international, beaucoup plus de protection est accordé aux réfugiés, migrants fuyant la persécution dans leur pays d’origine, grâce aux secours accordés par les conventions de Genève. Mais, malgré la mise en place de ces mécanismes, les réfugiés souffrent toujours d’incroyables injustices, de la discrimination, et même de la violence, puisqu’ils subissent le processus légal de leur demande d’asile, un processus souvent compliqué et interminable.
Il n’y a pas de doute qu’il faut faire beaucoup plus d’efforts pour bien traiter le phénomène mondial de la migration et faire respecter les droits de l’homme de ceux qui quittent leurs pays à la recherche d’une vie meilleure. Ceux qui quittent leurs pays, ceux qui ont besoin de bras ouverts sont nos frères et sœurs. Nous ne pouvons pas les considérer comme de simples chiffres.
Notre engagement
MIEC – Pax Romana, en tant qu’organisation dirigée par des jeunes et ancrée dans la DES, s’engage à répondre à l’appel qui nous invite à vivre comme le Christ. Nous encourageons nos mouvements nationaux à faciliter l’action au niveau de la base pour accueillir des migrants dans nos communautés. Nous nous engageons à capaciter nos membres et tous les jeunes pour qu’ils défendent la cause des réfugiées et migrants dans nos pays et régions et dans le monde entier. Nous mobiliserons nos réseaux à travers toutes les plateformes dans lesquelles nous sommes impliqués pour défendre les droits des migrants et des réfugiés, ainsi que pour susciter une prise de conscience concernant ces questions.
Recommandations
Le Mouvement international des étudiants catholiques appelle tous les gouvernements, autorités locales et autres entités politiques à :
  1. Respecter et reconnaitre les droits de l’homme de tous les migrants qui cherchent une vie meilleure loin de leurs pays d’origine ;
  2. Faire tout leur possible pour accueillir les réfugiés politiques dans leurs sociétés et s’assurer que pendant que leur audience d’asile est en cours, leurs droits sont protégés et qu’ils ont le droit de travailler et de gagner leur vie ce qui leur garantit une bonne qualité de vie ;
  3. Impliquer toutes les parties prenantes dans les communautés où les réfugiés se sont installés pour favoriser la compréhension et empêcher la discrimination et la xénophobie ;
  4. Reconnaître les circonstances uniques des migrants économiques, volontaires et involontaires, et œuvrer avec toutes les parties prenantes pour protéger les droits des migrants ;
  5. S’assurer de l’adoption et de l’application de politiques nationales et locales qui répondent aux besoins des migrants économiques ;
  6. Prendre conscience de l’appel de sa sainteté Pape François dans son adresse à l’occasion de la fête de l’assomption de la Sainte Vierge Marie à accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés dans leurs communautés hôtes ;
  7. Œuvrer pour trouver une solution juste pour les conflits et les crises qui pèsent sur différents pays dans le monde à travers la diplomatie et la médiation, tout en évitant toute action qui pourrait aggraver ces conflits ;
  8. Entièrement appliquer les engagements pris sous l’accord de Paris et œuvrer avec toutes les parties prenantes pour combattre le changement climatique afin d’empêcher l’éminente crise de réfugiés climatiques ;
  9. Entièrement appliquer le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les Objectifs de développement durable (ODDs) et respecter l’engagement mondial de ne laisser personne pour compte, notamment les réfugiés et les migrants ;
  10. Participer activement aux négociations intergouvernementales autour du Pacte mondial des Nations Unies pour les réfugiés et du Pacte mondial pour la migration et contribuer à l’adoption d’un cadre mondial de politiques plus justes pour mieux traiter ce phénomène ;
  11. S’engager activement aux côtés des grands groupes et autres parties prenantes qui participent aux négociations intergouvernementales des deux pactes, notamment le Grand groupe des enfants et des jeunes, et s’assurer que leurs positions et priorités se reflètent dans les résultats ;
  12. Faire des efforts pour prendre des engagements financiers significatifs et d’autres engagements autour du Pacte mondial des Nations Unies pour les réfugiés et du Pacte mondial pour la migration.

MIEC – Pax Romana appelle les dirigeants de ses mouvements nationaux et coordinations régionales, l’Eglise catholique, ses diocèses et paroisses, ainsi que les Catholiques dans le monde, à suivre l’exemple du Christ, nourrir les affamés, étancher la soif des assoiffés, accueillir les étrangers, vêtir les nus, visiter les malades. MIEC – Pax Romana appelle tous les catholiques à :

  1. Accueillir les migrants et les réfugiés dans les paroisses et les communautés catholiques, reconnaître en chacun d’eux un être humain comme nous, avec une dignité et identité, avancer vers une expérience commune de foi, rapprocher les autres du Christ, à travers nos actions et prières ;
  2. S’engager aux côtés de membres d’autres religions et confessions chrétiennes pour combattre la xénophobie et créer un environnement favorable à l’intégration des migrants dans la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading...